L’ARTHROSE

Maladie articulaire la plus fréquente, l’arthrose est d’abord caractérisée par la destruction progressive du cartilage articulaire. Ensuite, tous les tissus articulaires sont concernés : l’os sous-chondral (os sous le cartilage), les tendons périarticulaires et les ligaments. L’articulation est au début douloureuse, puis augmente de volume et enfin devient de moins en moins mobile. Toutes les articulations peuvent être atteintes, mains, genoux, hanches, colonne vertébrale. L’évolution de la maladie est généralement sporadique, toutefois il arrive qu’elle s’arrête, parfois même, elle peut régresser. Le diagnostic d’arthrose peut se faire par le seul examen clinique du médecin.

L’objectif du traitement est donc le soulagement de la douleur et le maintien d’une bonne mobilité articulaire. Le traitement non médicamenteux repose ainsi sur l’exercice physique, vélo, natation, ainsi que sur la baisse de poids si le malade est en surcharge pondérale. La prise en charge de la douleur, surtout matinale ou après une période d’immobilité, repose quant à elle sur le paracétamol ( jusqu’à 4 g/jour maximum ) En cas d’inefficacité de ce dernier, on peut avoir recours avec prudence aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ou aux coxibs, anti-inflammatoires prescrits uniquement dans l’arthrose et la polyarthrite rhumatoïde , à la dose efficace la plus basse possible, et sous gastroprotection.

Les anti-arthrosiques symptomatiques d’action lente (AASAL) sont aussi régulièrement prescrits pour soulager la douleur et ralentir la lente dégradation de l’articulation : ce sont 1500mg/jour de sulfate de glucosamine (synthétisée à partir de la chitine extraite de la carapace des crustacés ) ou bien 1200 mg/jour de sulfate de chondroïtine (constituant naturel du cartilage, généralement fabriqué à partir de cartilage de bovins). L’application de topique AINS 2 fois/jour sur les articulations douloureuses peut être préconisée. Les infiltrations locales sont, quant à elles, utilisées dans le traitement de l’arthrose du genou. On utilise des dérivés cortisoniques ou bien de l’acide hyaluronique que l’on injecte directement dans l’articulation du genou.

Enfin plusieurs biothérapies sont à l’essai : traitement basé sur l'utilisation d'organismes vivants par exemple : levures, ferments, certains microbes, ou de substances prélevées sur des organismes vivants  par exemple : hormones, extraits d'organes ou de tissus. Par opposition, la chimiothérapie utilise des substances de synthèse avec des résultats encore contrastés : antiTNFalpha, traitement constitué d’anticorps dirigés contre des protéines favorisant l’inflammation, et calcitonine, hormone hypocalcémiante produite par la glande thyroïde.

En dernier lieu, la chirurgie est indiquée en cas d’échec des traitements oraux ou locaux. Prothèses de genou, hanche ou épaule sont de nos jours très efficaces, et ont une durée de vie moyenne estimée de 15 à 20 ans. Enfin, le thermalisme a fait ses preuves dans le traitement de l’arthrose (prise en charge par l’assurance maladie sur prescription médicale). Bains chauds, bains de vapeurs, massages, applications de boue et douches au jet sont les bases du traitement. L'eau thermale combinée à la chaleur calme les douleurs, détend les muscles et améliore la raideur articulaire.

Social: 
Articles connexes
- non trouvé