Les Indications Géographiques des filières agricoles tropicales…à l’honneur

L’Agence Française de Développement, AFD,   bailleur de fonds  et le CIRAD,  centre de recherche, sont deux acteurs engagés pour soutenir durablement certains produits agricoles d’exception, africains, asiatiques, américains.  Les faire connaitre d’abord et leur permettre d’entrer dans une démarche de labellisation courtisée : celle des IG, Indications Géographiques.

La France est l’inventeur du concept avec ses AOC devenues AOP au niveau européen et IG au niveau international.  Une intéressante initiative avait permis la naissance des premières IG africaines.

Protéger le terroir, valoriser le savoir-faire traditionnel,   accroitre les revenus des producteurs,  combattre la pauvreté,  diminuer les  risques de contrefaçons. Ce sont les objectifs de cette politique de protection.

Les produits en IGlabel très protecteur,  accèdent plus facilement à une renommée internationale.

Vendus dans les épiceries fines du monde entier grâce à cette reconnaissance, les produits  labellisés ont  permis de multiplier par dix le revenu des producteurs.

IG actuelles et futures IG  africaines et asiatiques

L’IG,  signe officiel de qualité d’origine,  reconnait aussi les bonnes pratiques des acteurs  et leur organisation de travail.

En effet, derrière certains produits du monde en IG, que nous consommons régulièrement, existe  une démarche de développement durable, et une préservation  des écosystèmes dont ces produits  sont issus.

Ces actuelles et futures  IG africaines et asiatiques ont été généreusement mises en lumière au cours d’une belle dégustation  au restaurant Le Terroir Francilien dans les bâtiments de  à la Mutualité à Paris. Le Chef Yannick Alléno valorise le plus possible  les produits du terroir francilien. Là,  ce sont les IG d’Afrique et d’Asie  qui ont été les stars du déjeuner organisé  dans ce restaurant emblématique. En voici quelques exemples.

Les dattes tunisiennes Deglett Nour  (Nour, la lumière en arabe),  proviennent  des régions de Tozeur et Kebili. Enorme travail  de suspension des régimes,   de calibrage, d’installation des moustiquaires contre les prédateurs. Séchées naturellement au soleil, riches en glucides et potassium,  elles sont moelleuses et délicieuses. Elles n’ont pas encore d’IG mais  aspirent à l’obtenir.

Elles ont merveilleusement accompagnées le Foie Gras servi avec une compotée de dattes  Deglett Nour et vinaigre.

Le  poivre noir de Kampot du Cambodge,  récemment labellisé IG,   et  poivre blanc de Penja, ont magnifié les saveurs du filet de bar arrosé d’huile d’olive tunisienne  de Teboursouk.  Sans IG actuellement, mais affaire à suivre.

Le café  Ziama de Guinée,  sucré au miel blanc d’Oku du Cameroun, deux  IG en devenir,  ont conclu agréablement cette inédite dégustation.

Deux autres produits en reconnaissance d’IG ont pu être testés. La poudre fine  de pulpe de baobab du Malawi collectée en milieu sauvage, riche en vitamine C, riche en  fer (davantage que la viande). Arrosée d’un peu d’eau,  elle donne un jus de baobab   rafraichissant  et  particulièrement désaltérant.

Le très prolifique arbre   Malura  en Namibie,   résiste bien à la sécheresse.  Sa noix  est riche en huile. Pressée à froid,  l’huile vierge extra extraite de cette noix du fruit de Malura,  est un excellent produit cosmétique pour la peau et les cheveux.

Une certaine forme de diplomatie économique

L’agence publique AFD, finance des projets agricoles  alors que le CIRAD, organisme de recherche agronomique pour les pays du sud, serait davantage  le pendant de l’INRA pour la France. Les anciennes IG  comme  le parmesan d’Italie, le Tokay pour la Hongrie ont été les fers de lance de cette dynamique.

Ainsi se développe et s’affirme  petit à petit, une réelle notoriété pour des produits d’excellence d’origine africaine et asiatique.

Une chance pour eux d’être reconnus sur les marchés européens et ensuite sur nos tables gourmandes.

 

 

 

 

Social: