Une promesse de Bien-être, au cœur de l’Auvergne.


La Bourboule combine depuis le 19 ème siècle, les vertus de ses eaux à ses cures thermales. Elle s’offre depuis quelques années une seconde jeunesse grâce au « bien-être » dispensé au sein de ses Grands  Thermes par son Spa.

 « Un jour ma grand-mère qui tenait, une petite pension près de la gare, a vu débarquer la comtesse de Rothschild ; elle voulait louer l’établissement pour une de ses nièces. Ma grand-mère lui a dit que ce n’était pas possible car nous n’avions même pas le chauffage central. Elle lui a répondu : «  Ce n’est pas un souci, on va l’installer ». C’est de cette époque que date notre superbe installation de « la Villa de la plage », qui n’est plus un hôtel», se souvient, amusée, Mme Jal, qui a pris la relève du Parc des Fées (ex hôtel du Parc), un 3 étoiles  à l’esprit Maison de famille doté d’un spa avec jacuzzi.

 A la Bourboule, il y a eu l’éclat thermal quand, à la  fin du 19ème, les têtes couronnées et grands de ce monde s’adonnaient aux cures de jouvences dans les villes d’eau et puis l’éclipse quand le thermalisme de masse remboursé par la sécurité sociale a sonné le glas du mondain dans les années 1980. La petite station a décliné  jusqu’à ce que l’activité des thermes soit reprise par la municipalité en 2009.

 Mais elle a toujours  gardé l’empreinte de ses années fastes. Celle de la Belle époque où l’argent coulait à flots, et à pic au casino. Celle qui a donné fière allure à ses palaces et villas qui abritaient la splendeur des visiteurs. La ville champignon, s’est couverte de part et d’autre de la Dordogne des coupoles orientales de ses Thermes, d’une  église néo-romane, des cariatides de son grand casino,  où défilèrent la famille de Rotschild, la reine  Marie de Roumanie et sa fille, le comte de Montmorency, le roi Farouk, (et plus tard Buster keaton, Sacha Guitry, Giscard d’Estaing) ...  tandis que son petit casino adjacent accueillait Marcel Proust enfant. 

 

Folle époque, où nos empires coloniaux déversaient à grand renfort, de personnel, une  Société huppée venue prendre le bon air et les eaux. Les façades, elles prenaient goût à l’art nouveau. La station convertie en laboratoire architectural s’est alors dotée d’équipements de soins importants. Ils le sont toujours, et si la Bourboule a perdu un peu de son prestige, elle a gardé son âme. On y  soigne toujours ses poumons, sa peau, ses gencives et on y délasse encore son esprit grâce aux randos, ou jeux et spectacles du casino, au cinéma aussi.

 En retrait du monde pressé et oppressé, La Bourboule dispense sans compter ses bienfaits. Elle a su ainsi fidéliser une clientèle en quête de repos et de convivialité. Aujourd’hui, plus adepte de l’être  que du paraître, cette greffe urbaine a sauvegardé un côté sauvage, dépouillé de toute modernité superflue. Un petit paradis pour les familles qui viennent prendre les eaux en tribu, rappelant qu’au cours des Trente Glorieuses, elle fut la première station thermale de France pour enfants. On trouve désormais, à côté des cures thermales médicalisées de 3 semaines aux orientations thérapeutiques bien spécialisées, des formules très souples de séjours qui permettent de découvrir le temps d’une journée, d’un week end ou d’une à deux semaines les vertus de ses bains bouillonnants, ses enveloppements, douches à jet, massages tonifiants ou relaxants, sa relaxation musicale, son initiation  à la sophrologie, à l’hypnose à la phonothérapie … What else ?

 

La Bourboule est la seule station thermale en Auvergne à ne pas disposer de l’orientation rhumatologie qui représente 75 % des 550 000 curistes en France. Elle cultive sa différence, un challenge qu’elle relève à l’évidence grâce à ses innovations en matière d’offre comme ses cures post cancer. C’est la seule station d’Auvergne aussi, à proposer l’orientation dermatologie. Non contente de bénéficier des labels « station thermale », « station tourisme », « station verte » et « Famille Plus ». Elle est également membre de l’association européenne des villes thermales historiques. Et station dite de « Pleine Santé », elle a fait de la prévention, sa prochaine mission.

Social: 
Pratique
Renseignements: 

Les Grands Thermes

76, Bd Georges Clemenceau

BP85

63150  La Bourboule

04.73.81.21.41

www.grandsthermes-bourboule.com/

 

 
S'y rendre: 

Paris Clermond- Ferrand puis navettes en bus possibles.

Se loger: 

Hôtel Restaurant Le Parc des Fées***

107 Quai du Maréchal Fayolle

63150 LA Bourboule

04 73 81 01 77

www.parcdesfees.com

 

Hôtel Restaurant Le Puy Ferrand***

Station du Sancy

63240 LE MONT-DORE

04 73 65 18 99

Se restaurer: 

Restaurant L'Amuse-Bouche

15 Rue des Frères Rozier

63150 La Bourboule

04 73 21 68 85