Les éclaireurs illuminent Avignon

Depuis le 19 mai et jusqu’au 14 janvier 2018, Avignon vous en met plein la vue avec Les Eclaireurs. Cette exposition inédite, a été réalisée grâce aux œuvres exceptionnelles de la Fondation Jean-Paul Blachère, dédiée aux plus grands artistes contemporains africains.

  La cité connue et reconnue pour son festival de théâtre et son Palais des Papes inaugure ainsi une nouvelle mise en scène, où les œuvres contemporaines dialoguent avec les différents musées de la ville. Une manière originale de rappeler qu’elle ne limite pas ses talents au théâtre mais que la peinture est aussi une pièce maîtresse dans ses remparts. En témoignent ses fondations privées et musées qui exposent outre les soixante-seize sculptures de trente artistes d’Afrique et de la diaspora, des œuvres d’artistes aussi éclectiques que Raoul Dufy. Et qu’on a peut -être un peu tendance à oublier quand le festival bat son plein. Une bonne façon d’éclairer le patrimoine d’Avignon autrement, d’autant qu’on pourra profiter des quatre lieux d’exposition avec un billet unique !  

  Impossible de la rater sur l’esplanade du Palais des Papes. La « Prière universelle » de l’artiste sénégalais Ndary Lo, interpelle les passants. C’est un gigantesque homme de fer qui semble implorer le ciel d’Avignon. On retrouve les sculptures longilignes et toujours en fer du même auteur au sein du Cloître Benoît XII. On ne retrouvera plus l’artiste hélas, qui s’est éteint des suites d’une longue maladie, le 8 juin à Lyon. Le  Palais des Papes, présente d’autres œuvres majeures telles que Confluences, impressionnante tapisserie métallique du ghanéen El Anatsui, Egg Fight, une grande installation de l’anglo-nigérian Yinka Shonibare MBE ou encore Solipsis de l’artiste sud-africain Wim Botha. Et Dans la salle du Grand Tinel deux œuvres de Moustapha Dimé, artiste sénégalais de l’île de Gorée. A deux pas le cloître du Petit Palais, expose une œuvre de Diagne Chanel, Une saison au Sud Soudan. C’est l’une des cinq artistes femmes de l’exposition, qui rend hommage de manière émouvante, aux victimes du génocide ethnique de son pays.

 Le musée Calvet abrite quatre œuvres d’Ousmane Sow surnommé « l’Auguste Rodin du Sénégal » qui s’est fait connaître du grand public en exposant ses superbes sculptures sur le Pont des Arts à Paris en 1999. Le grand sculpteur sénégalais mort en décembre 2016 avait coutume de dire : « Il y a dans mes sculptures une exagération. C’est voulu. C’est la recherche de la puissance et de la traduction de la vie. Ce qui m’intéresse c’est la vie. Que les gens ressentent cette sorte de flux qui passe entre les sculptures et eux. » Message reçu 5/5.

  Au musée Lapidaire un éléphant en taille réelle du sud-africain Andries Botha trône au milieu de la salle

et près d’une tête d’homme en fil de fer. Emouvant et étonnant.

 Et ce n’est pas fini, mais dans un tout autre genre. Depuis le  7 avril et jusqu’ au 27 août, le Musée Angladon présente une   rétrospective  Raoul Dufy, dans les toutes nouvelles salles d’exposition du second étage. Plus de 60 œuvres permettent de s’interroger sur la joie de vivre et la profonde légèreté de l’art de Raoul Dufy (1877-1953). Le reste de l’hôtel particulier, est consacré aux chefs-d’œuvre des 18e, 19e et 20e siècles : Van Gogh, Cézanne, Degas, Manet, Sisley, Picasso, Modigliani, J. Vernet, Chardin… Salons historiques et Cabinet d’Orient. Enfin, la Collection Lambert, musée d’art contemporain, qui a doublé sa superficie depuis sa réouverture en 2015, abrite désormais  une exposition permanente d’œuvres de Sol LeWitt, Douglas Gordon, Jean-Michel Basquiat, Anselm Kiefer, Niele Toroni, Andres Serrano... et des expositions temporaires comme cette année les Eclaireurs.

 

Pratique :

 Après avoir admiré les expos en cours, au Palais des Papes, au musée Calvet, au musée Lapidaire et au musée du Petit Palais, allez-vous poser sous les platanes de la terrasse du bien nommé Agape. Une nouvelle adresse gourmande qui régale avec un bon rapport qualité/prix. Ou faites un tour aux Halles habillées d’un mur végétal par Patrick Blanc et qui regorgent de spécialités locales et de petites cantines où s’attabler.

 Avignon Tourisme

 Office de tourisme – 41, cours Jean Jaurès

+33 (0)4 32 74 32 74

 www.avignon-tourisme.com

 Où dormir à Avignon :

 Hôtel de l’Horloge**** un hôtel bourré de charme et de couloirs !

 3, rue Félicien David - 84000 Avignon

Tél. +33 (0)4 90 16 42 00 - www.hotels-ocre-azur.com

 

Social: