ORTHODONTIE, CE QU’IL FAUT SAVOIR EN ALLANT CHEZ L’ORTHODONTISTE

L’orthodontie est apparue au début du 20 ème siècle, elle vise l’amélioration du sourire et de la fonction masticatoire, mais c’est en général pour des problèmes esthétiques que les parents viennent consulter avec leur enfant.
Néanmoins la fonction masticatoire est fondamentale car elle permet la mastication et le broyage des aliments qui représente le premier temps de la digestion et donc un allègement du travail de l’estomac.
En caricaturant, les parents veulent un beau sourire pour leur enfant et donc un alignement dentaire à tout prix, mais la fonction masticatoire est souvent occultée car non appréhendable par un non-spécialiste ; or ces deux préoccupations doivent être envisagées de concert dans toute thérapeutique, afin de préserver l’avenir de la denture sur le long terme.

Est-ce que l’orthodontie est indispensable ?

Comment faisait-on lorsque l’orthodontie n’existait pas « autrefois ».
Cela se passait plutôt bien, et l’objectif était d’abord de conserver ses dents.
L’orthodontie n’est pas indispensable à la survie contrairement aux problèmes médicaux mettant en jeu les grandes fonctions vitales de l’individu.
L’orthodontie est une médecine de luxe pour pays riche, car essentiellement à visée esthétique, même si le but des traitements sont également fonctionnels.
Aucune étude sur une vie entière d’un individu n’a été publiée à ce jour montrant que l’orthodontie augmentait  la durée de vie des dents dans une bouche, ni sur le plan carieux, sur le plan parodontal (déchaussement), ni sur l’amélioration de la fonction articulaire des mâchoires.
Au contraire, un traitement orthodontique doit préserver la pérennité de la dentition,, et de l’esthétique du visage  et ne doit pas les mettre en jeu sous prétexte d’alignement dentaire.

Les effets secondaires des traitements existent

Tout traitement orthodontique avec mouvements dentaires (en particulier par appareillage fixe multiattaches) implique des effets secondaires, qui sont minimes ou réduits lorsque les traitements sont bien maîtrisés

  • Perte de longueur des racines dentaires selon les cas entre 0 et 4 mm avec une moyenne de 2 mm
  • Changement du profil esthétique du visage dans les cas d’extractions dentaires inadaptés  (rétraction des lèvres, avec nez proéminant)
  • Réduction du coefficient masticatoire en cas d’extractions dentaires abusives (leurs indications sont actuellement rares)
  • Réduction de la boite à langue, en cas de recul  inapproprié des dents supérieures et inférieures  avec risque d’apparition d’apnée du sommeil, ou de ronflement

Ces effets secondaires sont particulièrement néfastes pour l’avenir des dents, pour  l’esthétique du visage et pour  la fonction respiratoire.

Il faut comprendre que les enfants présentent deux types de problèmes bien distincts

-les problèmes de croissance squelettique (menton ou mâchoire supérieure, en arrière, en avant ou de travers par exemple).
S’il existe un problème de croissance squelettique, les dents du haut et du bas, ne peuvent pas  se rencontrer et l’enfant ne peut pas « croquer » d’une manière efficiente.
Toute anomalie squelettique à une répercussion directe sur l’alignement dentaire, le traitement de l’alignement va de paire avec le traitement du squelette.
-les problèmes dentaires (dents mal alignées).
Ce sont des cas en général simple car le squelette est normal, mais l’encombrement dentaire est souvent secondaire à un mauvais développement des bases osseuses.
Les 2 motifs de consultations les plus fréquents sont  les dents encombrées  (qui ne sont pas droites), et les dents du haut en avant; dans ce cas particulier, ce qui est le pain quotidien de l’orthodontiste, les parents pensent effectivement que ce sont les dents supérieures qui sont concernées, alors que le plus souvent, il s’agit d’une mâchoire inférieure en retrait trop petite. Il suffit de regarder ou de prendre en photo le profil de son enfant et de voir où se situe son menton et la lèvre inférieure par rapport à la lèvre supérieure et au nez..(les parents ne regardent jamais leur enfant de profil).

Pourquoi a-t-on les dents droites ou encombrées : La génétique.

Devant des dents qui  ne sont pas droites, les patients pensent en général, qu’il suffit de poser des bagues et d’aligner les dents, ce qui est plus compliqué que cela .comme on vient de le voir
Nous sommes le résultat d’une donne génétique,  nous héritons de nos parents de nombreux caractères, physiques (et intellectuels) ; l’environnement fait ensuite son œuvre en améliorant ou en aggravant des caractères dont on a hérité à la naissance.
Les positions de nos dents sont le résultat d’un squelette, de nos dents, de nos tissus mous et de nos muscles plus ou moins toniques, et de nos fonctions : respiration, mastication, phonation et déglutition.
Les dents soumises aux pressions musculaires (quelques grammes appliqués de manière permanente mobilisent une dent).se positionnent  comme elles peuvent entre la langue, les joues et en fonction de la place disponible sur l’os basal.
Et pour couronner le tout, au dessus de nos mâchoires, se trouve le grand ordonnateur : le Crâne  qui donne au visage son profil et sa largeur, donc qui conditionne l’architecture des mâchoires et donc la position des dents.

Le bilan orthodontique est une étape essentielle car il conditionne, le diagnostic, le pronostic et le traitement à réaliser, et permet donc de ne pas se fourvoyer dans un traitement inadapté.

Il permet de connaître l’origine précise des anomalies constatées (alignement dentaire, dents en avant etc.) pour adapter au mieux le traitement, qui devra intervenir plus ou moins tôt pendant la croissance de l’enfant ou plus tard à l’adolescence sur la denture, par des méthodes classiques orthodontiques (appareillage multiattaches) voire orthodontico-chirurgicales si les anomalies squelettiques constatées sont importantes.
Ceci, dans un but de stabilité des résultats, de l’amélioration esthétique du visage et fonctionnelle masticatoire.

Dans les articles suivants, nous verrons la réalisation pratique d’un bilan, les différents types de traitement, leurs mises en œuvre, les résultats escomptés et leur stabilité dans le temps, et le volet administratif important pour les patients.

 

Docteur Philippe Griffol
Spécialiste qualifié en Orthopédie Dento-Maxillo-Faciale
Orthopédie précoce-Orthodontie
Traitement des algies et dysfonctions de l’appareil manducateur

Social: