Fièvre du nourrisson : quels sont les signes qui doivent vous inquiéter ?


La fièvre n’est pas une pathologie, mais plutôt le signe d’une infection. La majorité du temps, elle indique que l’organisme est confronté à une infection bactérienne ou virale. La température interne du corps augmente ainsi de manière volontaire pour combattre le microbe, la bactérie ou le virus. Cette élévation de température active ainsi le système immunitaire ce qui signifie que la fièvre représente un allié naturel témoignant de l’efficacité des mécanismes de défense de l’organisme plutôt qu’un ennemi à combattre. Toutefois, chez le nourrisson et l’enfant, la fièvre n’est pas à prendre à la légère étant donné que leur organisme n’est pas encore mature. Il est ainsi nécessaire de reconnaître certains signes pour éviter une complication relative à la fièvre comme une convulsion. Quels sont les signes de fièvre qui doivent inquiéter chez le nourrisson ? Nous vous en disons plus dans notre article.


À quelle température le nourrisson a-t-il une fièvre ?

Notre organisme, à n’importe quel âge, est muni d’un thermostat biologique se trouvant dans le cerveau et maintenant la température du corps entre 36,6°C et 38°C. Cette température varie par ailleurs en fonction du moment de la journée, moins élevée le matin et un pic vers la fin de l’après-midi.

La température des nourrissons et des enfants est légèrement au-dessus de celle des adultes. De nombreux facteurs peuvent faire augmenter la température corporelle, tels qu’un repas, un bain chaud ou un effort physique prolongé et intense. C’est pour cette raison qu’il ne faut pas se fier à l’impression au toucher pour déterminer si un nourrisson à de la fièvre ou non puisque son front peut être chaud sans pour autant que sa température interne soit élevée.

La température du nourrisson varie également suivant la méthode utilisée pour la prendre. Généralement, elle est plus élevée par voie rectale que buccale, et celle prise par la bouche sera supérieure à la température prise sous l’aisselle.

Voici un tableau des seuils de températures pouvant être utilisé comme repère pour les nourrissons et les enfants :

Nourrisson de 0 à 3 mois

Nourrisson de plus de 3 mois

Température par voie rectale

38,1°C

38,5°C

Température par voie buccale

38°C

38°C

Température par voie axillaire (sous l’aisselle)

37,5°C

37,5°C




Ne pas se fier uniquement au degré de la fièvre

Il ne faut pas aller vite en besogne et supposer que le degré de la fièvre est relatif à la gravité de la maladie. Une forte fièvre peut accompagner un banal rhume tandis que la fièvre d’un enfant souffrant d’une méningite pourra être moins élevée. Ce qu’il faut toujours considérer, c’est l’état général de l’enfant. Si ce dernier a une fièvre légère alors qu’il est irritable ou somnolent, cela est plus inquiétant qu’un enfant ayant un bon état général malgré une forte fièvre.

Par ailleurs, il n’est pas nécessaire de prendre régulièrement la température de l’enfant pour savoir comment il se porte. Il y a des signes perceptibles indiquant qu’il n’est pas bien dans sa peau. Si ses yeux sont plus vitreux, s’il devient plus maussade ou s’il a moins d’entrain, prendre sa température pourra confirmer qu’il souffre d’une infection. Cependant, chez les nourrissons de moins de 6 mois, il est recommandé de vérifier la température dès qu’ils ont l’air malades.


Comment prendre la température d’un nourrisson ou d’un enfant ?

La prise de température ne sera pas la même en fonction de la voie choisie. Voici la marche à suivre pour savoir si notre enfant a de la fièvre ou non :

  • Prise de température par voie rectale (par le rectum) :

  • On se lave les mains puis on nettoie le thermomètre avec de l’eau fraîche et savonneuse avant de le rincer.

  • On lubrifie le bout du thermomètre avec de la vaseline, de l’huile de coco ou de la gelée.

  • On installe bébé sur le dos en repliant ses genoux vers son ventre et en les écartant légèrement.

  • On insère délicatement le thermomètre dans le rectum sur une distance de 2 cm environ et on le maintient entre nos doigts.

  • On retire le thermomètre au signal sonore et on lit la température.


  • Prise de température par voie buccale (par la bouche) :

  • On attend jusqu’à 30 minutes après le repas de bébé.

  • On se lave les mains puis on nettoie le thermomètre avec de l’eau fraîche et savonneuse avant de le rincer.

  • On place le thermomètre sous la langue de bébé en s’assurant que sa bouche soit bien fermée et en maintenant le thermomètre en place.

  • On retire le thermomètre au signal sonore et on lit la température.


  • Prise de température par voie axillaire (par l’aisselle) :

  • On se lave les mains puis on nettoie le thermomètre avec de l’eau fraîche et savonneuse avant de le rincer.

  • On place le thermomètre au centre de l’aisselle de bébé et on colle son bras par-dessus tout en maintenant le thermomètre en place.

  • On retire le thermomètre au signal sonore et on lit la température.


Peu importe la voie utilisée, il est toujours nécessaire de bien nettoyer le thermomètre à l’eau savonneuse et fraîche, ou en le désinfectant avec du gel hydroalcoolique.


Quels sont les signes inquiétants et quand faut-il consulter ?

Chez les nourrissons de moins de 6 mois, la fièvre est à prendre beaucoup plus au sérieux. On considère que jusqu’à ses 6 mois, l’enfant est fragile puisque ses défenses immunitaires ne se sont pas encore développées et c’est surtout le cas jusqu’à 3 mois. Ainsi, dans ses premiers mois de vie, si un bébé est dans un état fébrile avec une température rectale supérieure ou égale à 38,1°C, il faudra de toute urgence chez le pédiatre.

Si le bébé à 3 mois et plus avec une température rectale de 38,5°C et présente l’un des symptômes que nous allons énumérer, il faudra consulter d’urgence :

  • Le bébé vomit beaucoup et semble déshydraté ;

  • Le bébé ne réagit pas beaucoup à son environnement ;

  • Le bébé a le teint pâle ;

  • Le bébé a des rougeurs inhabituelles ;

  • Le bébé a des éruptions cutanées bleutées ressemblant à des ecchymoses ;

  • Le bébé fait une crise de convulsion – perte de connaissance durant un court laps de temps avec des yeux révulsés et les membres bougeant de manière saccadée ;

  • Le bébé est difficile à réveiller et présente une irritabilité persistante ou une somnolence ;

  • Le bébé souffre de difficultés respiratoires.

Dans tous les cas, les signes les plus inquiétants pour tous les nourrissons sont une température élevée approchant 40°C, une persistance de la fièvre 3 jours ou plus après une consultation médicale ainsi que la non-présentation de symptômes pouvant indiquer l’origine de l’infection (otite, vomissement, rhume, maux de tête…).


Quelle méthode pour faire baisser la fièvre du nourrisson ?

Si le nourrisson n’est pas dans un état fébrile nécessitant de l’emmener de toute urgence chez un pédiatre, et qu’il semble tolérer la fièvre, il n’est pas nécessaire de tenter de la faire baisser puisqu’il s’agit d’une réponse naturelle du corps à une infection comme nous l’avons déjà indiqué auparavant. En revanche, en attendant la guérison, ce que l’on peut faire c’est de réduire la gêne de bébé en :

  • Lui donnant régulièrement à boire afin d’éviter la déshydratation ;

  • Maintenant la température du logement entre 21 et 23°C ;

  • L’habillant avec des vêtements légers – il ne faut pas trop le couvrir ;

  • L’installant dans une pièce calme afin qu’il puisse se reposer ;

  • Passant éventuellement un linge humide tiède ou frais sur son front ou sur son corps si cela peut le soulager ;

  • Lui donnant un médicament pour réduire les douleurs sur avis favorable du pédiatre.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout