Etat de grâce à Graz.

La plus méridionale des villes autrichiennes cultive son art de vivre arrosé par le fleuve le plus tumultueux d’Europe : la Mur, et les vins de la Styrie dont elle est la capitale régionale.

L'histoire a ses revers et ses retours en grâce pour Graz.



Rathaus (c) Graz Tourismus - Harry Schiffer (9)

Longtemps convoitée par les Turcs puis par Napoléon Bonaparte qui fit détruire l'ancienne forteresse construite au sommet du belvédère, elle a fait des deux tours qui lui reste, son emblème.


Depuis quelques années, la deuxième ville d’Autriche aligne les titres honorifiques : Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1999, la voilà élue capitale culturelle de l'Europe en 2003, puis capitale gastronomique en 2008, enfin cité du design en 2011.


Schlossberg_Skybar (c) Graz Tourismus - Werner Krug (1)

Son titre de capitale culturelle lui a d’ailleurs permis de rappeler à son pays comme au monde entier que l'Autriche ne se résume pas à ses rivales, Vienne et Salzbourg. L’élue attire depuis de nombreux visiteurs...


Hauptplatz (c) Graz Tourismus - Hans Wiesenhofer



Landhaushof Graz (c) Graz Tourismus - Tom Lamm

Il faut dire que son tissu culturel justifiait largement l'honneur qui lui a échu. Réputée pour ses trois universités et sa vieille ville qui offre un festival de styles Renaissance, baroque, gothique, la cité séduit aussi un public international pour ses concerts de jazz, ses rendez-vous de musique classique, avec l'enfant du pays, Nikolaus Harnoncourt, chef d’orchestre mondialement connu… Sous une bonhomie provinciale qu'elle assume volontiers, Graz est un joyau de l'Autriche méridionale.


L'ancienne résidence impériale des Habsbourg jusqu'au XVIIème siècle, témoigne avec brio des multiples empreintes qui ont marqué son rôle de carrefour entre les univers slaves, magyars et italiens.


Sous ses toits de tuiles rouges, derrière ses façades aux couleurs pastel et ourlées d'oriels, celle qui en slovène signifie "petit château" se révèle une petite mine : tours médiévales, clochers à bulbes, cours intérieures, galeries à arcades des palais renaissance, frises de stuc baroques des maisons bourgeoises agrémentent le dédale des rues piétonnières du cœur historique. Cette ville pleine de nostalgie, n’en est pas moins très dynamique. Elle puise sa vitalité chez ses 66 000 étudiants qui, tournés vers l’avenir n’en semblent pas moins vivre au temps des Habsbourg.

Hauptplatz (c) Graz Tourismus - Harry Schiffer

À Graz, les hermines et les brocarts, les ménestrels et les bouffons ne semblent jamais loin. Aujourd'hui comme hier, les palais baroques, les façades aux nobles blasons, vibrent au son des concerts aux chandelles. Ce qui n’empêche pas la capitale de la Styrie de cultiver aussi un esprit avant-gardiste. En témoigne son titre de capitale design. Et son quartier créatif de Lend. Le « Lendviertel » s’est développé autour du Kunsthaus, le musée d’art contemporain. C’est le plus bel ovni de la ville. Il a l’air d’un immense zeeplin bleu nuit.


Kunsthaus (c) Graz Tourismus - Harry Schiffer

Baptisé, "friendly alien“ il a revitalisé la rive droite de la Mur, ex-quartier chaud devenu trendy. C’est ici qu’on trouve une mosquée financée par des Bosniaques et aux portes ouvertes à tous, une synagogue, et des églises protestantes. Mais vous n’y trouverez pas d’enseignes de chaines internationales, remplacées par des boutiques design, ou collaboratives comme cette étonnante boulangerie « second hand ».

Kunsthaus Graz (c) Graz Tourismus - Harry Schiffer


A Graz se croisent le ventre et l’esprit. La cité est située au cœur de vignobles et des champs de citrouilles. Gourmande la vieille dame célèbre la bonne chère tout au long de l'année à grand renfort de marchés paysans, de festivals culinaires, et de dégustations, notamment d’huile de pépins de courge, surnommée l'or noir de Styrie.


collines piquées de vignes

On vous recommande vivement une virée dans son arrière-pays où l’on chérit le corps plus que tout. On l’atteint en 1 heure par des routes conduisant aux collines piquées de vignes, de forêts, d’hôtels thermaux, de pâturages et de vergers. Tout n’est que scintillement des eaux sous un ciel d’azur ou de lait, dans cette région thermale où les Viennois aiment venir se ressourcer. Vous ne croiserez guère de touristes français sous ces latitudes, au point de vous sentir unique plongé dans un espace germanophone à 100%. Bienvenue donc à mi-chemin entre la Slovénie et Graz, au sud-est de la capitale régionale, dans sa région thermale réputée du Wulkanland, dont les stations célèbrent les noces de l’air et des eaux chaudes.

Et où les bienheureux qui atterrissent à l’hôtel « Der Steirerhof », ont l’impression d’approcher la colline du bonheur. Il suffit d’observer les clients déambuler avec indolence, le sourire épinglé aux lèvres pour comprendre qu’on vient ici pour s’abandonner aux joies que procurent l’émollience du luxe et la tiédeur des eaux.


La cour d’été autrichienne tient ici ses quartiers, entre ces cinq piscines son restaurant gastronomique, son spa, son parc magnifique et ses multiples activités outdoor et indor qui vont du tir à l’arc au yoga en passant par le vélo électrique, la marche nordique et de multiples massages.

Les plus courageux iront explorer les alentours qui ne manquent pas d’atouts entre les "Buschenschank“, tavernes de vin local, la visite pantagruélique de la manufacture du chocolat sans oublier de se ravitailler chez les petits producteurs locaux d’huile de pépins de courges ou de fromages locaux à qui on ne demande même plus s’ils sont bio depuis que l’été dernier le Parlement autrichien a approuvé une interdiction totale du glyphosate sur le territoire national, faisant de l’Autriche le premier pays de l’Union européenne à bannir l’herbicide controversé au nom du « principe de précaution »! Dans ce pays de Cocagne, tout est servi d’abondance, les assiettes, la lumière, l’eau et le bien-être. On comprend qu’elle soit si prisée des Autrichiens qui aiment se prélasser dans tous ces délices jusqu’à ce que fatigués de trop de bonnes choses, ils retournent gavés de nourritures terrestres à Vienne ou à Graz.


PRATIQUE

Accès

Lufthansa Airlines propose plusieurs vols quotidiens via Munich


Où dormir et manger à Graz

Parkhotel Graz 4*superior : un établissement très bien situé près du centre historique. Bonne et belle table.

www.parkhotel-graz.at


A Voir à Graz :

La boulangerie „Edegger-Tax“ qui existe depuis 1569 et dont la 8e génération produit encore et toujours des spécialités de pains et de viennoiseries.

Le magasin, s’fachl“ dans le cœur historique oú on trouve tous les produits locaux, mais aussi des objets design.

Musée de l’Arsenal, qui expose la collection la plus grande du monde des armures datant du Moyen Age.

Murinsel/l'île sur la Mur fait partie des œuvres d'art édifiées à l'occasion de la nomination de Graz comme capitale européenne de la culture en 2003. le bâtiment, en forme de coquillage géant, a été réalisé par l'artiste New-Yorkais Vito Acconci et sert à relier les 2 rives de la Mur. Il abrite un café et un amphithéâtre.


Le château d'Eggenberg, un chef d'œuvre du baroque à la sortie de la ville


Se renseigner :

www.visitgraz.com

www.museum-joanneum.at/en

www.thermen-vulkanland.at


Où dormir et se régaler dans la région thermale ?

Hotel&Spa Der Steirerhof à Bad Waltersdorf, l’hôtel le plus luxueux de cette station qui tient toutes ses promesses. Et propose de nombreuses randonnées.

www.steirerhof.at

Visite des délices styriens : (chocolats, spécialités de courge, vinaigre artisanal…)

www.zotter.at

www.berghofer-muehle.at

www.goelles.at


A Voir :

Le château de Riegersburg, fleuron médiéval perché sur sa colline. Ne pas rater la visite et la dégustation de la fromagerie locale au pied du château. Ouverte le dimanche.

www.riegersburg.gv.at