Digne-les-Bains : Nature et culture zen entre cimes et thermalisme dans une station "eauthentique " 

Mis à jour : 14 mars 2019

texte Martine Guilcher

Destination, nature et santé située au cœur des Alpes de Haute-Provence, spécialisée en rhumatologie et en voies respiratoires, Digne-les-Bains est aussi une destination culturelle d’exception avec sa « forteresse de la méditation » où Alexandra David Neel a posé définitivement  ses valises en 1957.



Digne-les-thermes-©M.Boutin-1.jpg

Elle finira sa vie dans ce qu’elle avait baptisé « l’Himalaya pour lilliputiens ». Il faut dire qu’à son arrivée, les falaises étaient beaucoup moins boisées, et peuplées. Assez désertes pour séduire cette coureuse d’horizons, ivre de silence. Bref,  la capitale de la lavande réserve ses surprises. Et pas seulement par  l’absence de champs d’or bleu qu’on découvre à une encablure sur le plateau de Valensole. Digne doit son titre à la production sur place.

Alors qu’importe si ce chef-lieu échappe aux émerveillements de convenance que suscitent  Vichy ou les stations thermales Belle époque.


Digne les thermes-©M.Boutin

Ses atouts sont ailleurs. Elle cultive l’élégance de la simplicité, sous un ciel vibrant, où il semble que l’âme se concentre.

Réputée pour son air pur à 650m, elle l’est aussi pour l’efficacité de ses cures thermales.  La station s ‘est développée avec le thermalisme social et médical.

 Ses thermes construits près des sources dans un vallon verdoyant, sont excentrés du coeur de ville. On les rejoint par la route ou par un chemin de randonnée qui grimpe jusqu’à la chapelle Saint Pancrace. Les propriétés curatives de l’eau qui jaillissent depuis des millénaires d’une source au pied de la falaise St Pancrace étaient déjà connues du temps des Gaulois. L’établissement de thermes remonte à la conquête romaine. L’eau qui provient d’un forage à près de 900m de profondeur émerge à une température de 50°.

L’établissement avait déjà  ouvert de nouvelles extensions dédiées à la détente, aux soins du corps et du visage ainsi qu’un club aux multiples activités, mais il va passer à la vitesse supérieure en 2019 en créant une nouvelle aile Bien-être pour  renforcer son positionnement « destination nature et santé ».

Ce n’est pas l’atmosphère feutrée, l’émollience du luxe qui invitent au lâcher-prise ici,  mais la ferveur et le souci de bien faire qui animent le personne. 

Digne les thermes-©M.Boutin

A Digne-les-Bains, on va à l’essentiel. Les fioritures s’effacent devant la nature, et l’extrême gentillesse du personnel. Leur professionnalisme aussi, car  que ce soit avec Céline au Spa ou Grégor aux thermes, les massages se font sous des mains expertes.

Et vous en ressentez les bienfaits à la sortie. C’est une des spécificités de Digne, les massages individualisés. Les thermes proposent à côté de la  cure thermale classique de 21 jours,  une mini-cure de 6 jours pour lutter contre  « l’Allergie à l’Ambroisie », principale responsable des allergies de fin d’été. Mais aussi des mini cures « tendinite » et des ateliers du dos.

 

Et bien sûr des soins à la carte dans son espace zen. C’est peu dire que l’environnement et le caractère des habitants sont à l’unisson du décor tout en sobriété des thermes et des vedettes locales. Qu’on en juge par Alexandra David Neel et Pierre Gassendi.

Bref, pas de têtes couronnées ici, ni de people en tous genres, mais des stars d’un autre acabit. Il y a bien sûr Alexandra, fille du vent en avance sur son temps, marcheuse impénitente. Cette icône de l’aventure, est aujourd’hui reconnue comme la plus grande exploratrice du 20ème siècle.

Féministe et bouddhiste, entrée en 1924 au Tibet clandestinement déguisée en mendiante. Cette femme sans frontières, au-delà des classifications et des normes était déjà dans la pleine conscience de l’instant présent et de l’espace. 

A l’image de l’enfant prodige du pays : Pierre Gassendi, humble berger qui a aujourd’hui son musée. Autodidacte, ce contemporain de Descartes et Galilée deviendra Philosophe, mathématicien mais aussi théologien et astronome de renommée internationale. Opposé à Descartes, il préférait affirmer « je marche donc je suis » promoteur avant l’heure de  la marche  source de Bien -être. Connu pour sa description du mouvement des planètes, il fut aussi un des premiers défenseurs de la cause animale, convaincu que les animaux ont une âme ! Preuve que sous ces latitudes, l’audace des itinéraires a beau être raconté avec modestie il n’en reste pas moins d’exception. A l’image de sa station.


PRATIQUE :

Où dormir et se régaler :

Hôtel – Restaurant Grand Paris  19, boulevard Thiers 04000 Digne-les-Bains +33 (0)4 92 31 11 15  Le meilleur hôtel de la place, la meilleure table aussi. Alexandra David Neel  descendait dans ce qui était déjà un  4 *à Digne-les-Bains ;  Et c’est la même famille Ricaud qui accueille les clients depuis 1930  www.hotel-grand-paris.com/fr

Se renseigner :

Office du tourisme de Digne-les-Bains  Place du Tampinet  04000 Digne-les-Bains  +33 (0)4 92 36 62 62  https://www.dignelesbains-tourisme.com/

Thermes de Digne-les-Bains  29 avenue des Thermes 04005 Digne-les-Bains  Thermes : +33 (0)4 92 32 32 92  Espace Zen : +33 (0)4 92 32 58 46  http://thermesdignelesbains.com

A voir

Maison d’Alexandra David-Néel  27, avenue du maréchal Juin 04000 Digne-les-Bains  Tel : 04 92 31 32 38  Visites gratuites guidées et commentées tous les jours de l’année à 10h, 14h et 15h30.  www.alexandra-david-neel.fr/infos/

Musée Gassendi : Le musée est situé dans l’ancien hôpital de la charité sur sur le boulevard éponyme. Il expose de riches collections géologiques et une exposition dédiée à Alexandra David Neel.

64, Boulevard Gassendi +33 (0)4 92 31 45 29 

www.musee@musee-gassendi.org

Bon à savoir :

Toute l’année, des animations, sont proposées aux curistes avec des balades culturelles et la découverte de l’artisanat local. Et une aire de baignade rafraîchit les touristes à l’entrée de la  ville.