top of page

Quelle paire de lunettes ou masque de ski choisir ?



Vous avez la chance de partir à la montagne, le moment est venu de chausser vos skis ou vos raquettes à neige. Si le premier réflexe est celui de vous équiper et de vous protéger du froid, avez-vous pensé à vos yeux ?



Masque enfant(c)pixabay

Le soleil d’hiver est un vrai danger pour eux : la neige réfléchit les UV (ultraviolets) jusqu’à 90%. Si l’on ajoute le fait que la puissance des UV augmente de 10% à chaque palier de 1000 mètres d’altitude, il est rapidement possible d’être touché par « l’ophtalmologie des neiges » ou « cécité des neiges », une brûlure oculaire qui fragilise la cornée et la conjonctive, cette petite membrane qui protège le globe oculaire.


Masque ou lunettes, comment y voir plus clair ?

En montagne, il est généralement conseillé d’opter pour un verre solaire a minima de catégorie 3 ou 4. Pour des lunettes de soleil, au-delà du niveau de protection des verres, les montures larges et couvrantes sont pratiques car elles permettent d’éviter d’être ébloui par les rayons les plus rasants du soleil.




Outre le fait de protéger des UV, les lunettes et les masques de ski permettent de mieux voir les reflets lorsque le temps est couvert. La réverbération de la lumière ou le brouillard ont tendance à lisser le paysage et à gommer ainsi les bosses ou les plaques de verglas. Néanmoins, le masque de ski a un avantage de taille par rapport aux lunettes. Sa monture en mousse, en contact direct avec le visage, assure une protection hermétique à l’air extérieur souvent glacial et source d’inconfort en montagne.


De plus, en cas de chute ou de collision, un masque protège davantage. Le verre est plus solide et le visage est mieux couvert, cela évite de recevoir un coup de bâton malencontreux dans l’œil.

Les masques de ski ont également l’avantage d’être équipés d’une fine pellicule antibuée, là où la condensation se forme plus facilement sur les lunettes de soleil, obstruant le champ de vision. A noter que cette pellicule est très fragile, il ne faut donc jamais frotter l’intérieur de l’écran du masque, même pour le nettoyer.

Enfin le masque apporte un confort supplémentaire à la lunette solaire du fait de sa sangle qui permet d’assurer un bon maintien et évite les irritations provoquées par les branches de lunettes au niveau des oreilles.


Pour les porteurs de lunettes de vue

La solution est d’opter pour des masques de ski OTG (Over The Glasses, en anglais) qui ont été spécialement développés pour être portés par-dessus des lunettes de vue et éviter le phénomène de formation de buée.



Masque enfant(c)pixabay


Quels critères pour choisir son équipement visuel à la montagne ?

A moins de vire aux pieds des pistes et de skier quotidiennement, on va chercher à acheter un équipement polyvalent et pratique quelle que soit la météo ! Pour cela il est important de s’intéresser aux traitements des verres. Le traitement photocromique leur permet de s’adapter à la luminosité en se teintant plus ou moins. Les verres photocromiques ont donc l’avantage de pouvoir passer d’une catégorie 2 à 4 très rapidement. Le traitement polarisé permet aux verres de lutter contre la réverbération de la lumière sur la neige. Ils sont surtout utiles lorsque le soleil est intense ou si l’on a tendance à être facilement ébloui (pour les yeux bleus notamment, qui sont plus sensibles).

La couleur des verres n’est pas anodine. Chaque teinte offre une meilleure acuité visuelle selon les conditions météorologiques. Les verres de couleur jaune, rose ou orange permettent d’améliorer la visualisation du relief en cas de brouillard. A l’inverse, les verres bruns ou gris filtrent mieux la luminosité ambiante, et sont plus adaptés pour skier sous un ciel dégagé.


Comment choisir son masque de ski ?

La forme est également un critère de choix. Les modèles les plus vendus sont cylindriques : leur forme suit les courbes du visage horizontalement mais ils sont plats verticalement. D’autres ont un écran bombé pour s’adapter à la forme de la rétine. Ainsi le champ de vision est plus large et la perception des reliefs est meilleure. Cela en fait généralement des modèles plébiscités par les skieurs hors-piste. Pour skier sur piste, les montures cylindriques à écran plat suffisent.



(c)depositphotos


Le conseil d’Eve Masson, opticienne diplômée et Directrice du Développement de la société Les Opticiens Mobiles :

« Il ne faut pas oublier de protéger également ses enfants des dangers du soleil ! Leurs yeux sont encore plus fragiles et sensibles que les nôtres. Il convient de vérifier que la monture soit bien ajustée et couvre l’ensemble de l’œil pour éviter la réverbération et le risque de brûlures. L’ajout d’un cordon peut être utile pour assurer une bonne tenue sur leur visage. En s’amusant à porter des lunettes ou un masque comme leurs parents, ils seront alors sensibilisés à la protection visuelle. Un dernier conseil ? Il convient de toujours vérifier, pour les petits comme les grands, que les équipements solaires soient bien marqués CE. Cela garantira leur performance face aux UV et leur non-toxicité. »




(c)Christophe Pouget


Merci pour les conseils de « Les Opticiens Mobiles » - entreprise de l’économie sociale et solidaire et société à mission- 1er réseau national d’opticiens spécialisés pour intervenir sur les lieux de vie et de travail : à domicile, en établissements et services médico-sociaux ou de santé (Ehpad), en résidences services seniors et en entreprises. Pour faciliter l’accès à la santé visuelle pour tous avec bienveillance.








Comentarios


bottom of page